Blocage des comptes bancaires du groupe Walfadjri : le PDG Cheikh Niass s’explique

Après le groupe Avenir Communication, c’est au tour du groupe Walfadjri de voir ses comptes bancaires bloqués par l’État pour non-paiement d’impôts. L’information a été confirmée par le président-directeur général du groupe, Cheikh Niass, à travers une note adressée à ses employés.

Dans cette note, Cheikh Niass annonce que, pour l’année 2024, la direction ne pourra malheureusement pas accorder aux agents la traditionnelle avance pour la fête de Tabaski. « Nous sommes au regret d’informer le personnel du Groupe Walfadjri que, pour cette année 2024, la direction n’est, malheureusement, pas en mesure d’allouer aux agents qui le désirent la traditionnelle ‘Avance Tabaski’ », précise le communiqué.

La raison invoquée par le groupe est le blocage de ses comptes bancaires par les nouvelles autorités. « Comme vous le devinez, les nouvelles autorités ont décidé de bloquer nos comptes bancaires avec un avis à tiers détenteur (ATD) pour des impôts de 2016 à 2018. Un ATD délivré ce jour par la direction générale des impôts et domaines », explique Cheikh Niass. Le communiqué souligne que cette action de l’État vise la gestion de Sidy Lamine Niass, ancien dirigeant du groupe décédé, qui ne peut plus se défendre.

Cette situation financière difficile intervient après le blocage des comptes bancaires d’Avenir Communication, ce qui suscite des interrogations sur la politique fiscale et la gestion des arriérés d’impôts par les autorités actuelles. Le blocage des comptes bancaires a des répercussions directes sur les employés du groupe, qui se voient privés de l’avance de Tabaski, une aide financière précieuse en cette période de l’année.

Le groupe Walfadjri, connu pour son rôle important dans le paysage médiatique sénégalais, doit désormais faire face à cette crise financière tout en poursuivant ses activités. Le communiqué de Cheikh Niass appelle à la solidarité et à la compréhension de l’ensemble du personnel en ces temps difficiles.

Cependant,il reste à voir comment la situation évoluera et quelles mesures pourront être prises pour débloquer les comptes et permettre au groupe de retrouver une stabilité financière. Les discussions avec les autorités fiscales seront importantes pour résoudre ce contentieux et assurer la continuité des groupes de presse impactés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *