Cheikh Tidiane Dièye dénonce l’abus de pouvoir et la menace à la démocratie lors de la conférence de presse des leaders de Yewwi Askan Wi à Ziguinchor

Lors d’une conférence de presse organisée à Ziguinchor, les leaders de Yewwi Askan Wi, dont Cheikh Tidiane Dièye, membre de la coalition, ont vivement dénoncé la situation politique actuelle du Sénégal. Cheikh Tidiane Dièye a exprimé ses inquiétudes quant au recul de la démocratie dans le pays, remettant en question le statut du Sénégal en tant qu’État de droit. Il a également critiqué le régime en place pour avoir abusé du pouvoir dans le but de promouvoir ses intérêts personnels, notamment en cherchant un troisième mandat.

Lors de la conférence de presse, Cheikh Tidiane Dièye a fait part de ses préoccupations quant à la santé de la démocratie sénégalaise. Selon lui, le pays est confronté à un sérieux recul démocratique, principalement en raison des actions du régime en place. Il a souligné que les abus de pouvoir perpétrés par les dirigeants actuels nuisent aux principes fondamentaux de la démocratie et affaiblissent les institutions censées garantir la justice et l’équité pour tous les citoyens

L’un des sujets les plus discutés lors de la conférence de presse a été le désir présumé du président Macky Sall de briguer un troisième mandat. Cheikh Tidiane Dièye a fermement condamné cette tentative, affirmant qu’elle était contraire aux principes démocratiques et à la volonté du peuple sénégalais. Selon lui, cette volonté de prolonger le mandat présidentiel dépasse les limites du pouvoir présidentiel et viole la constitution sénégalaise. Il a insisté sur le fait que la préservation de la démocratie exige le respect des règles et des lois établies, et qu’un troisième mandat remettrait en question cette stabilité démocratique

Cheikh Tidiane Dièye a également critiqué le comportement des forces de sécurité lors des récents événements à Ziguinchor. Il a déploré leur attitude envers les manifestants, soulignant que la répression excessive ne favorisait pas la cohésion sociale ni la libre expression. Selon lui, les actions des forces de l’ordre ont violé les droits fondamentaux des citoyens et ont contribué à aggraver la situation politique tendue dans la région.

En réponse aux allégations selon lesquelles Ousmane Sonko refuserait de se conformer à la justice en niant de répondre aux convocations du juge, Cheikh Tidiane Dièye a vigoureusement défendu le leader de Pastef. Il a souligné que ces accusations étaient infondées et a rappelé que Sonko s’était régulièrement présenté aux convocations précédentes, y compris celles du mois de mars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *