Condamnation de l’Imam Cheikh Tidiane Ndao et de Bah Diakhaté : un «Verdict Contesté»

L’imam Cheikh Tidiane Ndao et l’activiste Bah Diakhaté ont été condamnés ce lundi 3 juin 2024, à trois mois de prison ferme et à une amende de 100 000 francs CFA, une décision que leur avocat, Me Adama Sall, qualifie de « verdict cruel ». Selon Dakaractu, pour Me Adama Sall, la condamnation de ses clients est particulièrement sévère. « Le verdict le plus cruel qui peut exister, parce que trois mois semblent banals, mais quand on fait appel, avant que l’appel ne soit examiné, les trois mois auront expiré », a-t-il expliqué. Cette observation de me Sall, souligne la difficulté de contester efficacement une peine de courte durée avant son expiration. Cependant, l’imam Ndao et Bah Diakhaté ont été relaxés des accusations d’offense à une personne exerçant une partie des prérogatives du président de la République. Le tribunal a estimé que le premier ministre, en l’occurrence Ousmane Sonko, ne peut pas bénéficier des mêmes protections judiciaires que le chef de l’État. « Le tribunal a dit qu’il n’y a pas de dyarchie au sommet de la République », a précisé Me Sall.
Mais, malgré cette relaxe partielle, l’imam Ndao et Bah Diakhaté ont été reconnus coupables de diffusion de fausses nouvelles, en vertu de l’article 255 du Code pénal. Me Sall conteste cette accusation, arguant que des incohérences dans les déclarations de patrimoine d’Ousmane Sonko et les spéculations foncières de l’inspecteur des impôts Bassirou Diomaye Faye jettent le doute sur la véracité des informations diffusées par ses clients. « Il est établi au dossier que M. Ousmane Sonko n’a pas dit la vérité sur son patrimoine », a-t-il ajouté.

Pour rappel, Bah Diakhaté et l’imam Ndao ont été arrêtés par la Division des investigations criminelles (Dic) pour leurs propos virulents contre le Premier ministre dans une vidéo et pour des commentaires sur les LGBTQ+ suite à un discours controversé de Jean-Luc Mélenchon à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Ces propos ont déclenché une réaction judiciaire rapide et sévère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *