Dialogue National: un chef de l’opposition avec rang de président d’institution

La définition du statut de chef de l’opposition est l’un des points d’accord importants du Dialogue national.

Son mode de désignation a été arrêté par la commission politique du dialogue, ses prérogatives ainsi que les avantages attachés à sa fonction ont été précisés dans le projet de loi.

Le chef de l’opposition a rang de président d’institution selon le texte.

Il a droit à un passeport diplomatique, une immunité diplomatique et consulaire lorsqu’il séjourne à l’étranger, un service de sécurité, un budget conséquent «pour assurer le bon fonctionnement de ses services» et des locaux.

Le chef de l’opposition est « invité à toutes les cérémonies officielles de la République et traité avec les égards et honneurs dus à son rang».

Il peut faire partie des délégations qui accompagnent le chef de l’État lors de ses déplacements à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

Il est aussi associé à l’accueil des hôtes de marque de la République, est consulté ou reçu par le Président chaque fois que de besoin et peut être envoyé par ce dernier en mission au Sénégal ou à l’étranger.

Le mandat du chef de l’opposition coïncide avec celui du président de la République.

Selon les conclusions du dialogue national, le président du parti Rewmi, Idrissa Seck, est le chef de l’opposition.

La commission politique a décidé que la personne arrivée en deuxième position lors de la dernière élection présidentielle est désignée comme chef de l’opposition.

En cas d’empêchement définitif, de démission ou de décès, il est remplacé par le successeur désigné par son parti. S’il rejoint la mouvance présidentielle, il perd automatiquement son statut et est remplacé par le candidat arrivé troisième.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *