Le Sénégal a refusé pendant 5 ans la visite d’évaluation des Nations Unies sur l’état des droits de l’homme

Dans une révélation explosive, Cheikh Tidiane Dièye, Coordonnateur national de la Plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg et membre de la coalition Yewwi Askan Wi, affirme que le Sénégal a systématiquement refusé la visite des équipes d’évaluation des Nations Unies sur l’état des droits de l’homme pendant au moins 5 ans. Cette déclaration vient contredire les prétendues « félicitations du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme au gouvernement », qualifiées de mensonge.

Selon Cheikh Tidiane Dièye, au sein des organisations internationales, il est connu que des précautions langagières sont prises pour rester dans des limites diplomatiques acceptables afin de ne pas attaquer frontalement les États membres. Le coordonnateur national de la Plateforme Avenir Senegaal Bi Ñu Begg décrypte la déclaration relayée par le ministère des Affaires étrangères et reprise par la presse sénégalaise.

Il souligne que la déclaration du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, ne comporte que deux phrases concernant le Sénégal. Voici la phrase en question : « Contrairement à de nombreux États plus riches, le Sénégal a ratifié tous les principaux traités relatifs aux droits de l’homme et est à jour de toutes ses obligations en matière de présentation de rapports. Bien que j’aie récemment fait état de préoccupations, il est important de reconnaître qu’il s’agit d’un pays ayant une longue tradition de coopération positive ». Rien dans cette phrase n’indique la moindre satisfaction concernant la situation du Sénégal. Au contraire, il s’agit d’un rappel implicite au gouvernement actuel que le Sénégal, avant l’arrivée de Macky Sall, avait ratifié tous les traités internationaux relatifs aux droits humains et avait répondu favorablement aux demandes des Nations Unies de visites de terrain pour évaluer le respect des droits de l’homme.

Le Dr Dièye souligne que le Sénégal actuel représente un tout autre visage pour les Nations Unies, un gouvernement qui a moralement failli en ne respectant plus aucune de ses obligations internationales en matière de respect et de protection des droits humains. Malgré les efforts déployés pour respecter les protocoles diplomatiques et préserver un minimum de dignité pour le pays, le Haut-Commissaire n’a pas pu s’empêcher de rappeler les préoccupations qu’il avait exprimées le 13 juin dernier. Il est également souligné que la Commission des droits de l’homme a plutôt fait une critique à peine voilée du gouvernement, citant dans une note de bas de page 19 pays, dont le Sénégal, ayant systématiquement refusé depuis au moins 5 ans la visite des équipes d’évaluation des Nations Unies sur l’état des droits de l’homme. Parmi ces pays figurent l’Algérie, Bahreïn, le Cameroun, Cuba, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, Haïti, l’Inde, Israël, le Malawi, le Nicaragua, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Rwanda, l’Arabie saoudite, entre autres.

Il est donc qualifié d’abomination que le gouvernement s’accroche à quelques phrases et les interprète à sa guise pour donner l’impression que le Sénégal aurait reçu des félicitations de la Commission des Nations Unies aux droits de l’homme. Ce constat est d’autant plus fort lorsque le pays a récemment fait face à la mort de plus de 26 jeunes, avec des hôpitaux remplis de blessés mal soignés et des prisons détenant arbitrairement des innocents. C’est ainsi que conclut ce dirigeant de Yewwi Askanwi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *