La loi sur le statut de l’artiste n’est pas en phase avec le code du travail avertit Iba Gueye Massar

En marge de la première édition de l’événement « La Journée d’Afrique » organisée par la compagnie Daara J ce 25 juillet à la prestigieuse Maison de la culture Douta Seck, une question cruciale anime le monde de l’art et de la culture au Sénégal : la loi sur le statut de l’artiste est-elle véritablement en adéquation avec le code du travail du pays ? Iba Gueye Massar, un musicien sénégalais respecté, a récemment abordé cette question lors d’une interview.

Selon Massar, malgré la promulgation de la loi sur le statut de l’artiste, beaucoup reste à accomplir pour qu’elle soit effectivement mise en œuvre et qu’elle profite réellement aux artistes. Cette loi reconnaît désormais les artistes et les professionnels de la culture comme des travailleurs, avec des employeurs et des employés. Cependant, le code du travail actuel du Sénégal ne tient pas suffisamment compte de la réalité des artistes, qui peuvent avoir plusieurs employeurs en une seule journée.

Le musicien souligne également l’importance de la protection sociale pour les artistes, et affirme que le statut de l’artiste doit permettre d’améliorer leurs conditions dans ce domaine. Il insiste sur l’importance des cotisations patronales pour les caisses de sécurité sociale, ainsi que la mise en place d’une cotisation supplémentaire avec la Mutuelle Nationale.

Pour Massar, il est primordial que les artistes comprennent pleinement leur statut, leur rôle, leurs activités, et qu’ils aient une vision claire de leurs interactions professionnelles. Il insiste sur le fait de ne pas mélanger les genres artistiques et de bien saisir les différentes facettes de leur travail.

Cette vidéo de Massar met ainsi en lumière les défis auxquels les artistes font face au Sénégal et souligne l’importance de réformer le code du travail pour qu’il soit en harmonie avec la loi sur le statut de l’artiste. Bien que le chemin vers une reconnaissance et une protection totale des artistes sénégalais soit encore long, des voix comme celle de Massar jouent un rôle essentiel pour faire progresser le débat et susciter les changements nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *