Mort du patron de Wagner, Evguéni Prigojine, dans un crash

Le mercredi dernier, un avion privé a tragiquement chuté dans la région nord-ouest de Moscou, causant la mort du dirigeant du groupe paramilitaire Wagner en Russie, ainsi que de son adjoint et de huit autres passagers. Cette information a été confirmée par l’agence russe du transport aérien ainsi qu’un ministère du pays.

Evguéni Prigojine, connu pour son rôle dans une rébellion en juin contre les autorités russes suite à des revers sur le front en Ukraine, était le leader du groupe paramilitaire. La mutinerie avait été qualifiée de « trahison » et de « coup de poignard dans le dos » envers la Russie par Vladimir Poutine lui-même.

En l’espace de quelques mois seulement, Evgueni Prigojine avait émergé comme une figure dominante dans le contexte du conflit en Ukraine, notamment avec sa victoire à Bakhmout en mai dernier. Son armée de mercenaires, majoritairement recrutée au sein des prisons russes en échange d’une amnistie, avait joué un rôle clé.

Fondée en 2014 par Prigojine, la société militaire privée Wagner avait des activités variées, allant de la sécurité aux opérations minières, en passant par le volet commercial, la propagande et le conseil en stratégie politique.

Pendant des années, Prigojine avait nié être à la tête de ce groupe, mais sa présence s’était affirmée ces derniers mois en lien avec les développements en Ukraine. Cependant, il avait disparu des radars à la suite d’une rébellion avortée, pour réapparaître finalement dans une vidéo le 21 août. Dans cette vidéo, il annonçait sa présence en Afrique, où son organisation avait une activité particulièrement marquée.

Le décès du chef de Wagner pose désormais des questions quant à l’avenir du groupe en Afrique. Officiellement présent en Centrafrique, au Mali et en Libye, le groupe jouait un rôle clé dans les efforts d’influence de la Russie sur le continent africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *